Préparatifs
Le voyage de Ïaka
Equipage
Livre de bord        
position
Notre position
Coin des Enfants        
News        
août septembre octobre novembre décembre janvier février mars

Nos escales

Martinique

Le Marin (Guillaume)
Port sans intérêt touristique majeur, si ce n'est de confortables pontons pratiques pour partir visiter l'île en laissant son bateau à l'abri des coups de vents et autres. Vous pouvez aussi le laisser dans l'un des trois mouillages accessibles dans le cul-de-sac du Marin. L'approvisionnement au Leader Price (en dinghy) ou au Carrefour Market (300 mètres après le LP mais il livre en camionette gratuitement) est très appréciable d'autant que dans les îles suivantes, le choix est inversement proportionnel au prix (à Union 12.50 $ caraïbe la bouteille d'eau de 1.5 litre). On y trouve des shipchandlers, 2 laveries, un magasin d'électronique marine et des loueurs. L'accès au wifi est gratuit (mais aléatoire) au Mango Bay (bar près de la douane) et payant (mais efficace) à la marina. Il n'y a pas de plage, la première vraie plage est à Sainte-Anne, à la sortie du Cul-de-Sac du Marin.

Sainte-Anne (Guillaume & Shirley)
Situé juste à la sortie du Cul-de-Sac du Marin, vous trouvez un petit village aux couleurs locales. Vous pouvez jeter l'ancre un peu partout - enfin selon votre tirant d'eau. Le ponton est reservé aux day charter qui traversent le mouillage à vive allure pour déverser des touristes partant à l'assaut des bars et restaurants. Quelques boutiques à touristes, une pharmacie et des petits stands où vous pouvez acheter des accras et autres spécialité martiniquaises. A la pointe se trouve le Club-Med.

Les anses Arlets (Guillaume & Shirley)
L'aventure commence. Dans ces baies, vous devrez surveiller le sondeur, le lecteur de carte et jeter votre ancre. Ici, pas de supermarché, juste un joli coin où venir se baigner et passer la nuit. Nous avons choisi la petite anse d'Arlet avec son église comme point de repère. Le mouillage est facile sur un fond de sable. Nous avons choisi d'être à babord du ponton qui semblait moins rouleur. Le bord de la plage est bordé de restaurant et de bars où les familles viennent passer leur dimanche. D'après les avis d'autres navigateurs, le week-end, le mouillage est plein de locaux qui viennent de Fort-de-France en bateau pour passer quelques jours au calme.

 

Sainte-Lucie

Rodney Bay (Guillaume)
La marina : port d'entrée en venant de la Martinique pour faire la clearance. Le poste de douane se trouve au centre de la Marina au premier étage au dessus de restaurants (certains avec piscine) et de bars... Vous trouverez aussi un chantier, des shipchandlers et un quai pour le fuel. La marina est entièrement close de grillage et surveillée. A l'intérieur vous y trouverez des magasins pour le shopping et un petit market pour faire de l'approvisionnement.
Le mouillage de Rodney Bay : la plage immense borde toute la baie. Nous avons choisi de mouiller près des hôtels à tribord du chenal de la marina pour espérer capter un réseau WiFi. Nos espoirs ont été exaucés, il y a plein de réseaux ouverts et donc gratuits. Hôtels, bars, restaurants se font concurrence pour proposer un accès gratuit.
Notre premier "Boat-Man" arrive pour nous proposer des fruits et des légumes. Le bateau de la laverie (Laundry) tourne dans le mouillage. Ici les services viennent à vous ! Nous ne verrons pas de pécheur passer...

Marigot Bay (Guillaume)
Une petite marina et un beau mouillage. La marina, qui accueille une base Moorings, peut fournir eau, électricité et fuel. Un petit supermarché, une boutique de souvenirs, une banque, un bar, des taxis et un poste de douane se trouvent dans la partie mangrove (paradis pour moustiques).
Dans l'avant-port, face à un étonnant hôtel à flanc de montagne (accès aux suites par un funiculaire), on trouve des bouées. Notre premier "Buoy-Man" apparait. Si les pirates ont disparu des Caraïbes, ils ont été remplacé par ces Boat-Man qui préfèrent dépouiller les autres oiseaux de leur pêche que de pêcher eux mêmes (ce ne sont pas eux qui ont installé les bouées, mais ils se les approprient). Pour 20 $EC, le Buoy-Man t'installe sur une bouée de mouillage (corps mort) et te vend quelques bananes et mangues (son vrai job, la bouée c'est un extra). Le lendemain nous verrons le véritable propriétaire de la bouée nous réclamer 50 $EC. Nous nous laisserons plumer par ce filou pour avoir accès au Wifi de l'hôtel qui se trouve en face. Ceux qui ne veulent pas payer s'ancrent à l'entrée de la baie. Les day charter (bateaux qui prennent des passagers pour la journée) passent devant nous pour vider leurs cargaisons de touristes chez J'J, un resto au fond de la mangrove.
On imagine très bien l'amiral Rodney (un anglais), caché dans la mangrove, fondant sur les navires français et décimant la flotte royale. Cette baie carte postale pourrait servir de décor à tous les films de pirate. Elle vaut le détour.

Soufrière Bay (Guillaume)
Lors de notre second voyage à Sainte-Lucie (suite à un retour au Marin pour réparer les instruments de navigation tombés en rade), nous avons fait notre clearance d'entrée et sortie directement à Marigot Bay. En même temps, nous avons payé notre droit d'entrée dans le parc de la Soufrière. L'amarrage sur bouée est obligatoire, car les fonds sont profonds et cela permet de protéger les coraux. Quelques bateaux sont mouillés face au village de pécheur (à droite du village en regardant depuis la baie) mais ils semblent être aussi sur des bouées. Les bouées étant obligatoires et payables aux gardiens du parc de la Soufrière, nous n'aurons pas de Buoy-Man, mais un Boat-Man qui nous propose une visite en voiture du volcan et d'une cascade nous "négocions" le prix (400 $EC) et "gracieusement", il nous installe sur une bouée en prime.
Les fonds le long du tombant sont remplis de poissons et de coraux. Lors d'une petite visite à terre, nous visitons l'église et nous promenons dans les rues ; on sent que les gens sont plus pauvres que dans le nord, ils sont d'un abord facile et discutent volontiers avec les voyageurs. Nous ne ressemblons plus aux touristes pressés déposés par les days charters qui réquisitionnent tous les taxis pour leurs importants clients. Nous aurons le même volcan, les même sources d'eau chaudes avec la boue en cataplasme et les même cascades avec un chauffeur rasta, qui parle de sa vie, sa famille, ce que les "Boat People" recherchent.
Par contre, le mouillage est devenu très rouleur lorsque le vent a changé de direction, nous avons rapidement cherché un autre abri.

Vieux Fort (Guillaume)
C'est le port le plus proche de l'île de Saint-Vincent, ce fut pour nous son intérêt majeur. On y croise des cargos qui chargent et déchargent 24h sur 24, on y devine un aéroport international bien que les avions ne se bousculent pas. Le mouillage y est un peu rouleur et le vent, taquin, change de direction et nous fait tourner sur notre ancre. Nous y passons la nuit avant de traverser le détroit vers Saint Vincent.


Saint-Vincent et les Grenadines

Saint-Vincent - Walilabou (Guillaume & Shirley)
Le principal titre de gloire de Walilabou est d'avoir accueilli le tournage du film "Pirates des Caraïbes". A éviter.
Dès l'entrée de la baie les choses sont claires, jeter l'ancre est compliqué du fait de la grande profondeur et les Buoy Man se jettent sur vous. Après avoir bien demandé le prix de la bouée et du coup de main et demandé s'il en était bien le propriétaire, un autre Buoy Man vient réclamer son dû pour utilisation de sa bouée. Féroce explication avec le premier, je décidais ne pas donner un sou de plus. Et voila le troisième qui de la plage réclame aussi de l'argent parce que nous sommes devant sa case. Le bureau des douanes n'ouvrant qu'à 17h00 (soit 3 heures à attendre), la décision est prise de se baigner depuis le bateau puis de repartir sans faire la clearance, on la fera plus loin. Rester ici, c'est courir le risque que l'un de ces pirates d'eau de vaiselle ne vienne piquer une des amarres au risque de nous jeter sur la plage ou les cailloux.

Saint-Vincent - Anse de Petit Byahaut
Je ne sais pas si je devrais la mentionner ici, de peur de retrouver plein de navigateurs dans cette baie à notre prochain passage mais ouah! Enfin, une baie où il n'y a rien, rien et encore rien. Pas de Boat Man, pas de case, de bar, ni de restaurant. Celui qui était sur la plage a disparu, il n'en reste que quelques ruines.
Nous jetons l'ancre à 150 mètres de la plage, marche arrière toute direction cette même plage, une fois les 80 mètres de chaîne déroulés, je vais en annexe passer un bout autour d'un cocotier (cela s'appelle un mouillage à la bermudienne). L'arrière de Ïaka est immobilisé à 10 mètres du platier qui borde la plage. Ecartelés entre l'arbre et l'ancre, avec ses 80 mètres de chaîne, nous ne bougerons pas cette nuit.
La forêt protège cette baie sur 3 côtés, le dernier côté étant ouvert vers la mer des Caraïbes face à l'ouest. Nous avons l'impression d'être au coeur d'une fôret primaire, privilégiés uniques de la nuit qui s'offre à nous. Le mouillage n'est pas rouleur et très bien protégé des vents dominant. Il n'y a aucune lumière autour de nous. Dès que le soleil s'est caché dans la mer, le chant des grenouilles a retenti. Les étoiles nous entourent sans aucune polution lumineuse en vue.

Grenadines : Béquia - Admiralty Bay
N'ayant toujours pas fait d'entrée officielle à St-Vincent, nous nous empressons de faire notre clearance et de passer à l'immigration sur l'île de Béquia, première île des Grenadines. Aucune question sur l'écart d'une journée qui nous manque entre Sainte-Lucie et ici. Les formalités sont vite expédiées grâce à un bureau habitué à recevoir beaucoup de visiteurs.
Port Elizabeth est un mouillage sur bouée principalement. Nous prenons notre bouée seuls et le Buoy Man est un peu dépité. Il demande de l'argent pour la bouée je lui réponds "Custom and Immigration first", il me répond que c'est à lui seul que je dois payer pour la bouée, je lui répond "OK, see you later". L'officier de l'immigration m'a confirmé que je ne devais pas donner d'argent au Buoy Man mais au gardien dans la guérite au bout du ponton des dinghy. De 11h30 à 16h30 il n'y a jamais eu personne dans la guérite et mon Buoy Man n'est jamais revenu. Etant près du fond du port, les ferrys et les cargos (qui ne cessent de faire des rotations avec Kingston, la capitale) rendent le mouillage bruyant. Nous partons donc pour l'entrée de la baie, dans Princess Margaret Bay, là où sont la majorité des bateaux de voyage à l'ancre. Nous mouillons sur du sable un peu loin de la plage. Le lendemain nous remonterons un peu dans le mouillage pour être moins rouleur et plus près de la plage.
La ville est agréable, les gens sympa, nous pouvons enfin passer devant un étal sans avoir un vendeur qui essaie de nous vendre tout et n'importe quoi. Le front de mer est bordé de cocotiers et de restaurants. La visite de l'île vaut le détour, car d'en haut on a une vue imprenable sur tout l'archipel des Grenadines.

Grenadines : Canouan - Charlestown Bay
En arrivant face à la grande baie, on trouve un hôtel sur babord, un quai pour les ferry et les cargos au centre. Il est préférable donc de mouiller du côté de l'hôtel, c'est moins bruyant (sono à fond quelquepart vers la droite de la baie) et vous disposez d'un réseau wifi gratuit. L'un des pontons est reservé aux bateaux de chez Moorings, et l'autre à l'hôtel. Au mois de septembre nous utilisons l'un ou l'autre personne ne nous dit rien, Moorings étant fermé à cette période.
Un Boat Man propose une bouée, des langoustes (12 $EC les 500 G., ou du poisson). Le mouillage est bien protégé des vents et de la houle. En remontant tout droit le quai des cargos, on trouve le marché sur la gauche et il est possible de trouver un avitaillement dans les quelques supérettes en tournant à droite après le marché. De petits vendeurs ambulants de fruits et légumes sont également installés le long de la route.

Grenadines : Canouan - The Pool
Un mouillage superbe de jour seulement. L'accès à ce mouillage est assez impressionnant du fait du peu de profondeur. La clarté de l'eau associée à un soleil haut permet de trouver le passage entre les hauts fonds et les cayes. Les bateaux ayant un faible tirant d'eau peuvent accéder à Carenage Bay devant le Canouan Resort, un hôtel grand luxe surplombé par le golf et le casino. La longue barrière de corail protège de la houle du large.

Grenadines : Tobago Cays
Iles de Petit Rameau, Petit Bateau, Baradal, Jamesby et, juste à l'extérieur du Horse Shoe Reef (récif en fer à cheval), Petit Tabac. Nous avons mouillé devant récif de Horse Shoe. Il est possible de s'approcher de la zone claire pour mouiller au plus près du banc de sable et des récifs, d'ailleurs il est interdit de s'ancrer sur autrechose que du sable car cette zone est une réserve marine, et son accès est payant, des rangers font le tour des bateaux pour collecter la taxe et distribuer un dépliant sur la conduite à tenir dans ce parc. Le vent soufflant entre 15 et 20 noeuds à tendance à rendre le mouillage un peu agité mais c'est très supportable. Autour de nous des tortues remontent à la surface pour venir respirer. Pour plonger à coté d'elles, il suffit de se rapprocher de Baradal, elles sont là, par 2 mètres de fond, entrain de manger. Notre présence n'a pas l'air de les gêner.
Le soir, nous allons jeter l'ancre entre Petit Rameau et Petit Bateau. Nous sommes un peu plus protégés de la houle et nous passeront ici 3 nuits tranquilles avec 2 autres bateaux autour de nous (nous sommes "hors saison, il paraît qu'en décembre, on peut trouver jusqu'à 40 bateaux là où nous sommes, on peine à l'imaginer). La plage y est plus accessible pour les enfants. Le long de la plage, des tables sont installées pour les days charter qui viennent déposer les touristes à la recherche d'une vie à la Robinson Crusoé avec des boys qui font griller des langoustes sur des barbecues. Pour avoir visité le camp au petit matin parmi quelques iguanes, il y a des chances de revenir avec une turista carabinée (le riz trempe dans une gamelle laissée à l'air libre).
Il n'y a pratiquement aucun avitaillement possible ici hors saison. Les vendeurs de poissons et autres crustacés ne sont pas insistant et même les vendeurs de tee-shirts (ils sont 3 hors saison, contre plus de 15 habituellement), viennent nous voir et nous disent qu'ils reviendront plus tard. Le premier que j'ai vu ce matin a commencé par faire la sieste sur une table, pour partir vers 12h00 voir si des clients étaient disponibles.

Grenadines : Mayreau - Saline Bay
Nous n'y avons pas trouvé d'intérêt majeur. L'avitaillement y est impossible, peu de fruits ou de légumes, le "supermarché" est installé sous un bar et il n'y a rien ou presque. A vrai dire, je n'ai même pas trouvé où jeter mes poubelles. Ce qui vaut le détour, c'est l'église construite par le Père Divonne, qui a une vue imprenable sur les Tobago Cays. Nous nous sommes arrêtés dans un bar restaurant très coloré où nous avons pris 3 jus pour les enfants (peu de jus et beaucoup de glace) et même pas d'eau pour nous puisque les bouteilles ont gelé dans la nuit. Le tarif est raisonnable mais la TVA est en plus du prix affiché comme dans tous les commerces de St-Vincent, de là à penser que c'est une taxe pour touriste...

Grenadines : Union - Clifton Village
Un mouillage bien protégé de la houle par le récif qui le déborde. Attention toutefois, sur les 4 feux rouges, 2 seulement fonctionnent, et un haut fond appelé Roundabout est situé au milieu de la baie, sans compter les quelques épaves qui émergent (ou pasà ici et là !
Mis a part ces quelques détails, c'est ici que nous ferons notre clearance de sortie pour Grenade et un approvisionnement. Les douanes sont en face des poubelles (petite cabane) et l'immigration en face du marché dans le bureau de l'office du tourisme. Face à la jetée des ferrys, le marché coloré et vivant regorge d'étals avec des fruits et des légumes. Au fond des cabanes se cachent des conserves et autres trésors que nos yeux ne parviennent pas à distinguer dans la pénombre.
Les supermarchés ne sont pas très bien approvisionnés et nous ne trouverons pas de viande dans les 2 plus gros mais dans un petit qui se situe à l'écart sur la gauche du port. J'ai fait le plein d'eau, 600 litres à 0.25 $EC le litre (ponton du Bougainvilla), la bouteille d'eau de 1.5 litre est à 12.50 $EC !Le rhum est à peine plus cher...
Le ponton de l'hôtel Bougainvilla accueille les bateaux de day-charter Wind & Sea et les annexes. Pour 30 $EC la machine, notre linge est lavé, séché, plié. Les connexions wifi gratuites sont erratiques. Vous trouverez un français, Laurent, dont l'entreprise s'appelle Unitech (400 mètres à droite en sortant du Bougainvilla) qui a un peu d'accastillage et qui répare les moteurs et l'électricité à bord des bateaux.

Grenadines : Union - Chatham Bay
Une grande baie pouvant acceuillir une bonne cinquantaine de bateaux. Une grande plage de sable borde la cote, seule la partie gauche (quand on regarde la plage depuis le bateau) est accesible facilement en annexe, le reste est protégé par un bandeau de rochers d'un mètre de large. Quelques restaurants et bars se trouvent dans le fond de la baie, sur la droite un petit complexe hôtelier en cours de construction propose un bar et un restaurant avec une piscine entre les 2. Ne confiez pas vos poubelles aux restaurants, ils les bruleront dans la fôret, mieux vaut les garder jusqu'aux poubelles de Clifton. L'accès routier se fait par un petit chemin de terre très escarpé et l'approvisionnement doit être difficile. Aucun pécheur ne viendra nous proposer de produits, il vaut mieux arriver avec les soutes pleines. Je vous conseille de faire un petit tour à terre et de monter sur la colline à gauche du moulliage, de là, la vue est dégagée sur toute la baie.
Nous passerons 3 jours dans cette baie qui, même si elle est située sous les vents dominants, peut être est très ventilée : nous aurons des rafales à plus de 30 noeuds descendant directement des flancs escarpés, un peu comme les Williwaw, vents catabatiques, qui soufflent du long des cotes de l'Alaska à la Terre de Feu.

Grenadines : Petit Saint-Vincent
C'est la dernière île des Grenadines de Saint-Vincent. C'est aussi de là que l'on peut accéder à Morpion. Le mouillage est bien protégé de la houle, les alizés ne sont pas encore installés et nous tournons avec la marée. Le courant, qui peut ateindre les 2 noeuds, nous pousse travers au vent. Situation très désagréable que de se retrouver poussé perpendiculairement par le vent et par le courant ! nous finissons par repasser sur notre ancre qui se trouve à 3 mètres sur l'arrière du bateau avec 30 mètres de chaîne et il est 21h00 et pas de lune, la nuit noire ! Les lampes électriques s'allument tour à tour sur les bateaux voisins pour contrôler la position des autres. Nous nous trouvons nez à nez à 5 mètres d'écart avec le bateau qui était 40 mètres derrière nous quand nous avons jeté l'ancre ! Nous finissons par passer près de la bouée à côté de laquelle j'ai jeté l'ancre, nous en profitons pour passer un bout dessus. Nous voilà avec 2 points d'ancrage, je m'endors dans le cockpit près pour intervenir à la renverse (vers 1h00 du matin). 0h44, la bouée vient taper contre la coque, les bateaux sont entrain de tourner face au vent. Je passerai encore près d'une heure à guêter que tout ce passe bien. Les catamarans et les monocoques ne tournent pas à la même vitesse et il est difficile de prévoir les déplacements de chacun.

 

Grenade & Carriacou

Carriacou (Grenadines de Grenade) - Hillsborough
Hillsborough, est le port d'entrée pour Grenade en venant du Nord, il faut donc y faire notre clearance d'entrée. La baie est immense et l'on ne comprend pas très bien comment nous pourrions y être protégé de la houle. Nous mouillons sur la droite du quai où accostent les ferry, il y a là un petit quai pour les dinghys. La ville est très bien achalandée, avec beaucoup de petites supérettes et dans la rue principale, sur la droite on trouve un marchant de fruits et légumes, un magasin de bricolage, et des magasins de tissus. Il est possible de faire un veritable réapprovisionnement ici. Beaucoup de bateaux mouillent sur la gauche du quai en remontant très au nord, sans doute l'abri y est-il meilleur.

Carriacou (Grenadines de Grenade) - Sandy Island
Face à Hillsborough, une petite île offre un mouillage sur bouée au coeur d'une réserve. les fonds y sont clairs et nous voyons des petites langoustes se cacher sous les rochers. Les gardes de la réserve nous font payer 25 $EC la nuit (quand ils sont là, c'est à dire pas tous les jours...). Le mouillage n'est pas rouleur et nous évitons les moustiques tout en étant ventillés. Grâce à notre antenne WiFi longue portée, nous réussirons à nous connecter au web et au reste du monde.

Carriacou (Grenadine de Grenade) - Tyrell Bay
C'est une immense baie, protégée de la houle et des vents dominants, avec une mangrove où il est possible de se réfugier en cas de cyclone. Même si ce mouillage est réputé (beaucoup de bateau sont au mouillage), il manque un peu de charme : c'est le port de déchargement des marchandises et des tankers. Le village n'a que peu de commodités, mais on y trouve ce dont on peut avoir besoin. Le jeudi est le jour d'arrivée des yaourts, le mercredi et le samedi c'est le marché aux fruits et légumes. Pour faire des courses, on trouve plus de choses à Hillsborough, toutefois. La présence d'un chantier naval et d'un français sur un atelier flottant faisant des travaux sur l'inox et l'aluminium explique peut-être l'attrait de ce port, mais si nos enfants ne s'y étaient pas faits de copains, nous n'y serions sans doute pas restés plus d'une nuit. Nous trouveronst du wifi gratuit et à gauche du Lambi Queen Restaurant, il est possible de faire laver et sêcher son linge pour 25 $EC.

- Mentions légales