Préparatifs
Le voyage de Ïaka
Equipage
Livre de bord        
position
Notre position
Coin des Enfants        
News        
août septembre octobre novembre décembre janvier février mars
Précédent
News
Suivant

De Sainte Lucie à Grand Byahaut, Saint Vincent (par Shirley, 27/08/2012)

Le réveil du capitaine est matinal, celui de l'équipage, malmené par la nuit mouvementée, est tardif. Nous mettons le cap sur Saint Vincent vers 8h15 en nous attendant à une traversée de 4 heures environ mouvementée car ce canal est réputé être le plus agité des Petites Antilles : houle, courant, vent... Les débuts sont effectivement agités par une belle houle, mais le vent est régulier à 15 noeuds. Nous hissons les voiles avec un ris (un ris consiste à ne pas hisser toute la voile mais à garder le bas attaché : moins de surface de voile = moins de vitesse, mais aussi parfois = plus de confort, inutile de rajouter de la gite à cette houle déjà bien marquée). Nous sommes à nouveau accompagnés dans cette traversée par des dauphins, que nous avons pris le temps de photographier cette fois malgré l'euphorie générale qu'ils nous procurent. Une pensée particuilère pour ma nièce Maddy, océanographe, dans ces moments - nous partageons sa passion pour la mer et sa protection.

Dauphins dauphins dauphins

Nous hésitons sur notre destination. Wallilabou, où a été tourné le film "Pirate des Caraïbes", pour y faire notre clearance d'entrée mais où il n'y a pas grand chose à faire ? Cette baie que j'ai repérée, Grand Byahaut, que notre guide de navigation décrit comme un mouillage tranquille avec un resto au fond d'une baie difficilement accessible autrement que par la mer ? Ou Kingstown, la capitale, plus de choses à voir, de gens à rencontrer ? Ou encore un tout droit sur Béquia, la première île des Grenadines ? Les enfants n'ont pas le mal de mer lors de cette traversée, mais nous mettons tout de même 5 heures avant d'atteindre Wallilabou, ce qui nous paraît suffisant pour les moussaillons.

lutte contre le mal de mer Wallilabou Entrée de Wallilabou

Nous sommes un peu déçus car il n'y a pas grand-chose de pittoresque à voir, le poste de douane n'ouvre qu'à 17 heures et étant les seuls touristes dans les parages, nous sommes assaillis par tous les boat boys qui veulent nous "aider" à nous amarrer, moyennant rétribution qui, bizarrement, même négociée au préalable, double au moment de régler. Cela nous agace passablement et nous décidons de passer chemin après un bain rapide. Notre intention est d'aller à Kinsgtown mais nous sommes interceptés en route par une belle averse.

averse

Légère averse

arc en ciel

Somewhere over the rainbow...

Nous nous déroutons donc vers cette anse de Grand Byahaut qui me tentait tant. Le guide annonce "un mouillage entre des rives un peu escarpées par fond plat de moins de 10 mètres", avec quelques bouées d'amarrage payante appartenant au restaurant sur la plage, "qui n'est accessible que par un sentier au travers d'une véritable jungle". Manifestement le guide date un peu, mais c'est tant mieux ! Le resto n'est plus là, mais l'anse nous attend, et nous y sommes seuls jusqu'à ce qu'un autre voilier de location vienne mouiller à l'entrée de la baie, mais il ne peut pas s'avancer autant que nous qui avons un faible tirant d'eau. Pour la première fois, nous mouillons "à la bermudienne" : une arrivée en marche arrière, nous envoyons l'ancre à l'avant et attachons la poupe du bateau par une amarre sur un cocotier.

Iaka à Byahaut
Iaka dans la baie
famille à bord

Nous sommes sur une plage de sable noir, le sondeur indique 1,20 mètres, auxquels il faut rajouter 1,20 de tirant d'eau plus 40 cm de "pied de pilote" (ne me demandez pas la signification exacte, je vérifierai quand j'aurais une connexion internet, car le seul inconvénient de cette baie idéale est aussi son avantage : isolement = pas de wifi). A l'arrière du bateau nous avons donc 2,60 mètres d'eau, et nous voyons tout autour le sable noir sur lequel se détachent des coquillages. Des récifs et des coraux bordent la plage, c'est parfait pour faire du snorkeling (palmes, masque, tuba) et voir des oursins et des poissons multicolores.

poissons
kids à l'eau
réparations

Guillaume en profite pour revisser un joint qui s'était enlevé pendant une traversée, en espérant qu'il tiendra cette fois-ci. Nous allons passer notre première nuit au calme, sans lumière urbaine pour nous repérer, car dans cette anse, nous nous sentons isolés de tout. Un régal. Nous en partons le lendemain matin, après un bain délassant, direction Béquia, bien visible, pas trop loin.

Précédent
News
Suivant
- Mentions légales