Préparatifs
Le voyage de Ïaka
Equipage
Livre de bord        
position
Notre position
Coin des Enfants        
News        
août septembre octobre novembre décembre janvier février mars
Précédent
News
Suivant

Ah, le luxe d'une marina ! (par Shirley, le 26/09/2012)

Histoire de remplir les batteries du bateau, nous sommes allés nous installer dans la marina toute nouvelle et toute belle de Saint George, Port Louis Marina. C'est une marina privée, appartenant au groupe Camper et Nicholson, et elle en jette. Disons qu'ici, nous côtoyons plus de businessmen de toutes nationalités que dans nos mouillages usuels, et qu'il y a plus de bateaux étrangers que de bateaux français. Cela ne veut pas dire que les équipages ne sont pas français, juste qu'ils ont peut-être choisi une autre nationalité pour leur navire pour des raisons que nous tairons ici pour des raisons déontologiques. Les pavillons qui flottent ici sont ceux de la Belgique, la Suisse, Malte (vous verriez le yacht battant pavillon maltais... et les caisses de vin français qu'il vient de faire rentrer à bord...), l'Angleterre... mais aussi les USA, le Canada et, plus exceptionnel, le Japon.

les douches de la marina
Les quais de la marina

Bref, nous passons 3 jours en 5 étoiles. Les douches et sanitaires sont climatisés, tout est rutilant, l'eau chaude coule à flot et c'est là un vrai luxe pour un équipage qui surveille la moindre goutte d'eau douce. La marina est jolie, fleurie de plein de végétation luxuriante, ombragée, avec des quelques boutiques de produits de première nécessité ou de mode locale de bonne facture. Autre plaisir indicible, il y a une piscine en libre accès. Les enfants s'en donnent à coeur joie, et nous aussi, j'avoue.

Saut dans l'eau
Saut de Vic
Jules nage!

Jules, qui savait nager sans bouée à condition d'avoir un masque et un tuba, sait désormais nager sans rien, sur et sous l'eau ! Il est fier et a passé le plus clair de son temps à sauter dans l'eau et traverser la piscine. Cela nous arrange bien : imaginez un peu les siestes qui s'en suivent...

Nous avons profité de la situation idéale de la marina pour aller nous promener à Grande Anse Baie, une grande plage de sable blanc qui s'étend sur plusieurs kilomètres. Nous y sommes allés en bus : les bus locaux sont en fait des minibus qui peuvent embarquer jusqu'à 18 passagers, et vous déposent où vous le leur demandez le long du chemin. Le nôtre a fait un détour et nous a amenés à la plage, sur laquelle plein de locaux se baignaient. Quelques badauds étaient attroupés, nous sommes donc allés voir.

La pêche
Poisson gonflé
Palmier

Ils étaient entrain de ramasser les poissons pêchés dans leur grand filet. L'un d'entre eux était difficile à sortir du filet car il s'était gonflé pour faire peur aux pêcheurs et ses épines étaient prises dans le filet. Il faut dire qu'il ressemblait plus à un ballon qu'à un poisson. Pour lui faire recracher l'air, les pêcheurs l'ont titillé avec un poisson plus petit, qu'il a fini par mordre... en se dégonflant. Spectaculaire ! Je passerai néanmoins sur la description du bruit qui n'a rien de très ragoûtant. Nous sommes ensuite retournés nous rafraîchir dans la piscine avant d'aller déjeuner au bateau.

Vous comprendrez ainsi, je l'espère, que nous ayons passé ces 3 onéreuses journées à profiter de ce qui nous était offert, ce qui explique le temps que j'ai pris pour mettre à jour le site web. La première bonne nouvelle c'est que la réparation du frigo par Guillaume a tenu bon ; la seconde est que notre séjour nous a permis de remonter les batteries du bord qui avaient été grandement vidées par ces problèmes de surconsommation du frigo. Maintenant, nous avons de la glace pour nos apéros du soir, de quoi ranger la viande fraîche trouvée lors des approvisionnements de qualité que nous avons pu faire ici, et que nous sommes prêts à retourner vivre de façon un peu plus rustique - si tant est qu'un cata de 40 pieds puisse être considéré comme rustique... Peut-être pas, en fin de compte.

Nous quittons donc la marina mardi 25 septembre vers 17 heures, après une journée de poisse : dans la série "je fais tomber des affaires à l'eau", je voudrais...
- le père, qui a fait choir la griffe (gros crochet servant à fixer la patte d'oie à la chaîne de l'ancre) pendant qu'il fait des réparations,
- la mère, qui a fait tomber une pince à linge en plastique, laquelle ne flotte pas, étrangement,
- le père encore, plus cocasse : il a fait tomber la clé du cadenas de l'annexe et son coupe-circuit qu'il avait placés entre ses dents le temps de remonter sur le bateau ; comme il a failli tomber à l'eau, il a préféré ouvrir un large bec pour pousser un cri de dépit... et laisser tomber sa proie,
- et la fille enfin, qui vide les miettes de son assiette et fait tomber un couteau.

Comme dit Guillaume, pour une fois que nous faisons tomber des choses à l'eau, il faut que ce soit à un endroit où on ne voit pas le fond ! Du coup, après un passage chez le shipchandler pour racheter ce qui git désormais par 6 mètres au fond du port, nous partons nous remettre au mouillage à Ross Point pour quelques jours car Saint George est un départ idéal pour toute visite de l'île, vu que la plupart des bus partent d'ici.

Précédent
News
Suivant
Le livre d'or HTML charge vos commentaires...
- Mentions légales